verger

Notre verger naturel

pommes_fleursSuite aux différents contacts avec des agronomes et aux cours suivis sur les pesticides à l’Institut d’agronomie de la Pocatière,  nous décidons en 1997 de nous tourner vers l’agriculture plus naturelle. Cela ne veut pas dire que nous n’intervenons pas dans le verger, mais plutôt que nous appliquons des produits qui vont se dégrader dans l’environnement, tels que la bouillie bordelaise et la chaux soufrée. Notre implication consistera également à faire du piégeage et à favoriser l’installation de prédateurs naturels dans le verger.

ouvrierNous avons constaté en observant les pommiers, que certaines variétés étaient plus abîmées que d’autres. Nous avons alors décidé de supprimer tous les arbres donnant des pommes d’été, telles que les vista bella et de conserver les pommes d’automne telles que les spartan, cortland ou empire ; celles-ci étant plus sucrées et plus résistantes tant aux insectes qu’à la tavelure.

pomme et rucheAyant trouvé des réponses à ces questions, nous replantons depuis avec des variétés d’arbres résistants à la tavelure, tels que le Liberty, et qui donnent des résultats très intéressants.

Le travail du verger tout au long de l’année débute aux alentours de février-mars avec la taille. En mai, les premiers arrosages et les premières tontes du verger commencent, tout en complétant la taille des arbres. Le printemps voit également l’arrivée de nos premiers prédateurs, les hirondelles qui nichent dans le verger. Suivront. par la suite, encore quelques arrosages jusqu’à la floraison ; la pollinisation des fleurs étant assurée par les abeilles en provenance des ruches présentes à l’année.

Fin août-début septembre, nous évaluons le taux de sucre dans les pommes. Par la suite, c’est la cueillette avec l’aide d’ouvriers agricoles.